• L'Adénome de la prostate

    Ordonnance d'un patient souffrant d'un adénome prostatique

     

    Cas clinique

    M, A. 68 ans , 70 Kg, retraité est suivi pour une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) depuis un an par un médecin généraliste. une envie plus fréquente d'uriner et une fréquence anormalement élevée des mictions avaient motivé sa consultation initiale. Lors de cette consultation, aucun traitement n'avait été prescrit en raison de l'intensité mineure des symptômes. Actuellement, M, A. souhaite avoir un traitement médicamenteux car les symptômes se sont intensifiés et sont devenus plus gênants.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

     

     

     

  • La maladie d'Alzheimer

    Ordonnance d'une patiente atteinte de la maladie d'Alzheimer

     

    Cas clinique

    Mme Bahri, 72 ans, 1,58m et 55 Kg, hypertendue depuis trois ans, a une pression artérielle équilibrée par 1 comprimé de Térnormine et 2 gélules de Loxen LP 50mg par jour. Elle souffre également d'une maladie d'Alzheimer diagnostiquée récemment par un neurologue qu'elle a consulté, sous la pression de son entourage. En effet, depuis quelques mois, son comportement (refus de prendre la voiture, difficulté à utiliser le téléphone, mémoire défaillante) inquiétait ses proches.

    Lors de la consultation chez le neurologue, après évaluation des facultés cognitives de la patiente (MMSE : Mini-Mental Statuss Examination), le diagnostic de maladie d'Alzheimer (forme légère) a été posé (MMSE entre 10 et 26 = forme légère à modérée). Mme Bahri s'est plainte également d'avoir parfois des insomnies dues à une légère anxiété. Le neurologue lui a prescrit l'ordonnance suivante :

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

     

  • Les artériopathies oblitérantes des membres inférieurs

    Ordonnance d'un patient se plaignant de crampes à la marche

    Cas clinique

    M, R 55 ans, 69 Kg pour 1,75 m, garagiste, est suivi depuis deux ans par un cardiologue pour une hypertension artérielle (HTA) traitée d'abord par AMLOR® 10mg puis depuis deux mois par TRIATEC® 5mg, ainsi que pour une hyper-cholestérolémie pure traitée par 1 comprimé de CHOLESTIN® 20mg par jour. Il fume depuis trente ans un paquet de cigarettes par jour et n'arrive pas à se sevrer.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Les conjonctivites

    Ordonnance d'une patiente souffrant d'une conjonctivite bactérienne 

     

    Cas clinique

    Kawtar C, 33 ans, enceinte de dix semaines, souffre depuis 48 heures de l'œil droit, qui est rouge, peu douloureux mais très sécrétant. Elle consulte un ophtalmologue et lui signale une impression de grains de sable, se plaint de cils collés au réveil par des sécrétions mucopurulentes. Elle ne présente pas d'antécédents particuliers. Le médecin retrouve à l'examen clinique un œdème palpébral modéré. L'acuité visuelle est conservée.

    A l'examen à la lampe à fente, la muqueuse conjonctivale est hyperhémiée (Vasodilatation conjonctivale du vaisseau causée par la libération d'histamine provoquant un gonflement de la conjonctive), la cornée est fluo-négative. Il n'y a pas d'uvéite. L'ophtalmologue pose le diagnostic de conjonctivite infectieuse bactérienne probable et prescrit le traitement suivant.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Ordonnance d'un adulte souffrant d'asthme allergique

    Cas Clinique

    M. B. 29 ans, 70 Kg, 1,78 m, agent commercial, souffre d'asthme allergique depuis son enfance. Il est suivi par un médecin pneumologue qui le traite par un corticoïde inhalé, un antihistaminique pris au long cours et un β-agoniste de courte durée d'action pour les crises. M. B. consulte aujourd'hui pour une rhinite allergique qui se manifeste par des éternuements avec écoulement nasal clair et un prurit. Il a des rhinites fréquentes au printemps et à l'automne ; elles s'accompagnent d'une recrudescence nocturne des crises d'asthme. Par ailleurs, l'apparition des crises est favorisée par le contact avec la literie, surtout lors de ses déplacements professionnels.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Ordonnance d'un patient hypertendu et dépressif souffrant d'incontinence urinaire

    Nawfal S, 77 ans, 63 Kg, souffre d'incontinence urinaire depuis plus d'un an. Son urologue lui avait prescrit en première intention Urosta®, contre lequel il a développé une allergie. Consécutivement à un prostatisme invalidant, Mr S, a subi une résection de la prostate il y a six mois.

    Malgré douze séances post-opératoires de rééducation périnéale, le résultat reste médiocre; le patient signale encore un besoin impérieux nocturne d'uriner, une difficulté à retenir avec une impression de miction incomplète, une dysurie et un besoin de pousser.

    L'échographie vésicale, normale, ne montre pas de résidu post-mictionnel. L'ECBU ne retrouve aucune infection. L'examen clinique et le bilan urodynamique permettent à l'urologue de poser le diagnostic clinique d'incontinence urinaire par impériosité, accompagnée d'une pollakiurie diurne et nocturne.

    Il est également suivi par un généraliste. Il est traité par Kerlone® pour son hypertension artérielle (HTA) depuis deux ans et par Serdep® pour un syndrome dépressif depuis deux mois.

    Ordonnances et objectifs thérapeutiques

    Veuillez vous identifier pour lire la suite.....

     

  • Ordonnance d'un patient hypertendu souffrant de goutte

    M. T, ans commercial, présente au lendemain d'un repas abondant une arthrite aiguë au niveau de l'articulation métatarso phalangienne du gros orteil. 

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Ordonnance d'une enfant traitée pour une varicelle, souffrant d'une douleur post-traumatique

     Rim, âgée de 3 ans, 15 Kg, sanss antécédant particulier, est traitée actuellement pour une varicelle. En effet, la consultation chez le médecin pédiatre a été motivée par l'appartition d'une fièvre modérée accompagnée d'une légère rhinite. 

     L'éruption diffuse est apparue avec cœxistence de lésions maculaires rouges, de vésicules de liquide clair se situant en particulier sur le cuir chevelu, la paume des mains, la plante des pieds et sur la muqueuse buccale. Le traitement prescrit comprend Doli®, Primalan® et chlorhexidine en solution aqueuse.

     Aujourd'hui, lors d'une chute, Rim s'est cassé une dent en escaladant un rebord mural. Le chirurgien-dentiste consulté aussitôt lui prescrit Agifene®, sirop en systématique pendant 4 jours pour lutter contre l'inflamamtion de la lèvre supérieur (œdème) et de la douleur dentaire intense dont se plaint la petite fille.

    Ordonnance et objetcifs thérapeutiques

    Ordonnance du pédiatre :

    • Doli®3% suspension buvable : 1 dose 15 Kg 4 fois par jour toutes les 6 heures pendant 4 jours, ne pas dépasser 4 prises par jour.
    • Primalan® 0.5 mg/ml sirop : une cuillère-mesure (5ml) matin et soir.
    • Chlorhéxidine aqueuse Gilbert® à 0,05 %, flacons unidoses : 2 applications par jour sur les lésions. QSP 15 jours.

    Ordonnance du chirurgien-dentiste :

    • Agifene® 20 mg/ml suspension buvable : 1 dose correspondant au poids de l'enfant matin, midi et soir en systématique pendant 4 jours.
    • Consultation prochaine dans une semaine.

    Ces ordonnances présentent les objectifs thérapeutique suivants :

    • le traitement contre la fièvre par Doli® forme pédiatrique;
    • le traitement pour lutter contre les démangeaisons par Primalan®;
    • la désinfectation des lésions dues à la varicelle par la chlorhéxidine;
    • la prise en charge de la douleur dentaire et de l'œdème par Agifene®.

    Adéquation du choix thérapeutique

      Veuillez vous identifier pour lire la suite.....

     

  • Ordonnance d'une patiente développant une hypothyroïdie

    Mme F, 66 ans, 70 Kg, est traitée pour une tachycardie supraventriculaire par Digoxine® ( 1/2 comprimé/j ) et Sintrom® (1/2 comprimé/j ).

    Lors d'un contrôle chez le cardiologue, Mme F. se plaint d'une fatigue permanente, de frilosité, d'une prise de poids récente ( 8 Kg en 6 mois ) et de constipation.

    Le médecin note une bradycardie à 50 battements/min et une bouffissure des paupières. Le bilan thyroïdien confirme une hypothyroïdie (TSH à 138mU/L et T4 libre à 2 pmol/L).

    La recherche des anticrops antithyroïdiens est positive, ce qui confirme le diagnostic d'insuffisance thyroïdienne périphérique d'origine auto-immune.

    Une hormonothérapie substitutive progressive est mise en place sous contrôle clinique et électrocardiographique (ECG) quotidien. Après 5 jours d'hospitalisation, Mme F, retourne à son domicile avec l'ordonnance suivante :

    Ordonannce et objectifs thérapeutiques

    Veuillez vous identifier pour lire la suite.....

     

  • Ordonnance d'une patiente souffrant d'une anémie lié à une carence en fer

    Cas clinique

    Karima S, 57 ans 1,62 m pour 55 Kg, ménopausée, consulte son généraliste pour une fatigue inexpliquée qui évolue depuis deux mois. Cette asthénie, présente au repos, s'accentue à l'effort et  s'accompagne de dyspnée.

    A l'examen clinique, le médecin note une pâleur cutanéo-muqueuse, une peau sèche, des angles fragiles, mous et cassants. il n'y a pas de splénomégalie.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Ordonnance d'une patiente souffrant d'une dermatite atopique

    Hanane T, 13 ans, 50 Kg, 1,57m, consulte pour une éruption au niveau de la face antérieure des coudes et des creux poplités, apparue il y a 48 heures, et occasionnant des démangeaisons en particulier nocturnes. A l'examen, il s'agit de lésions érythémato-vésiculeuses suintantes et cro\u00fbteuses a bords émiettés, très prurigineuses, évoquant un eczéma. Il existe une xérose cutanée.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Ordonnance d'une patiente souffrant de diabète de type 2 devenu insulinorequérant

    Mme R, 54 ans, 1,69 m, 79 Kg (IMC ≈ 27 Kg/m2), retraitée, est adressé aux urgences du CHU par son médecin traitant pour décompensation cétosique d'un diabète connu depuis onze ans et traité actuellement  par l'association Amarel® 2 mg/ Glucophage® 1000mg.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....

     

  • Une patiente sous pilule souffre d'une galactophorite

    Cas clinique

    Leila K. 32 ans, 65 Kg pour 1,70 m, mère d'un enfant de deux mois nourri au sein, est sous Cérazette® depuis un mois et demi.

    En raison de l'apparition de crevasses sur le mamelon droit d'un part, et pour préparer le sevrage d'autre part (Leila K. doit reprendre son travail dans les trois semaines). Le bébé bénéficie d'un allaitement mixte : une tétée le matin et le soir et 2 à 3 biberons répartis au cours de la journée.

    Suite à une importante douleur persistante au sein droit et une température de 38,2 °C, Leila K. consulte son gynécologue qui diagnostique une galactrophorite. Il lui conseille alors un arrêt de l'allaitement avec le sein droit. Cependant, la patiente préfère le passage à une alimentation totale au biberon à l'aide d'un lait premier âge. Elle continue la prise de Cérazette® à raison de 1 comprimé chaque jour à la même heure et reçoit le traitement suivant.

    Veuillez vous identifier pour lire la suite....